Quel(s) défi(s) les Amis !

Mais quel été !

Inondations de nos lacs. Incendies et canicules au sud, à l’ouest, à l’est. Records de chaleur au nord. Sans parler de la pandémie en lien avec l’érosion de la biodiversité. Et au cas où nos propres yeux ne s’en seraient pas rendu compte, les scientifiques partout dans le monde, par l’intermédiaire du GIEC et de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) nous le confirment : nos modes de vie en sont les responsables.

Petit colibri, où es-tu ?

Si je ne suis qu’une toute petite goutte dans l’océan humain, chacun a le pouvoir de décider de la manière dont il a envie de vivre. Donc, humblement, je fais de mon mieux, de mon point de vue ; avec mes contraintes et mes valeurs, à partir de mes baskets taille 35.

Et si t’es pas d’accord avec mes choix, viens essayer mes baskets, pas si sûre que tu y seras confortable… Mais peu m’importe. Ce qui compte, c’est que tu sois bien dans tes chaussures à toi…

J’ai eu le luxe de pouvoir choisir de subvenir à une bonne partie de nos besoins en nourriture. Partout où je le peux, je tente à gagner en autonomie, pas tant pour ne rien devoir à personne, mais par bonheur de me servir de mes mains, de faire fonctionner ma tête en expérimentant des savoirs-faire et de co-créer avec la nature qui m’entoure. Et tout au fond, pour ne pas devenir folle dans ce monde fou…

Quels relais plus haut?

Je le sais : ce ne sera pas suffisant pour changer notre destinée. Là, où il faudrait que chacune et chacun, que chaque institution, chaque organisation mette toute son énergie à ralentir, diminuer, à faire mieux avec moins ; le système, lui, nous pousse à posséder toujours plus, à aller toujours plus vite.

Prise dans les maux du moment, entre climato-scepticisme et défense des intérêts d’un monde toxique à l’agonie, une trop grande partie des politiques reste aux abonnés absents. Trop peu d’élus ont assez de courage pour être à la hauteur des enjeux alors que la situation nécessiterait une action massive et rapide.

De quel côté regarder pour espérer ?

Observons  la nature ! Depuis la nuit des temps, les éléments, les espèces coopèrent en créant entre elles des relations mutuelles et symbiotiques1.

Inspirons-nous en ! Réapprenons à créer des communs, à co-construire, à écouter nos différences pour en faire une force.

Créons des espaces où moi + l’autre = 3.

Mettons en commun nos projets, nos outils, partageons nos voitures, nos maisons trop vastes, nos jardins trop grands à entretenir, nos frigos trop pleins 

Soyons créatif. Expérimentons.

Trompons-nous et grandissons les uns à travers les autres !

1 L’entraide, l’autre loi de la jungle, Pablo Servigne, Gauthier Chapelle, Ed. Liens qui libèrent.

Laisser un commentaire

*

code